Groupements d’Intérêt Economique et Environnemental (GIEE)

 
 
Groupements d’Intérêt Economique et Environnemental (GIEE)

Les GIEE sont des collectifs d’agriculteurs, reconnus par l’État, qui s’engagent dans un projet visant à concilier performance économique, environnementale et sociale (ou triple performance) à travers la modification ou la consolidation de leurs pratiques agricoles.

La reconnaissance GIEE fonctionne comme un label, qui permet d’obtenir plus facilement des subventions pour faire fonctionner le groupe ou réaliser un projet.

Quels projets ?

Les actions figurant dans les projets répondent aux enjeux économiques, environnementaux et sociaux du territoire où sont situées les exploitations concernées.

Le dernier appel a projet mettait en avant quelques principes clés de l’agro-écologie : recyclage des éléments nutritifs et de l’énergie sur place, complémentarité entre agriculture et élevage, diversification de la biodiversité au sein des parcelles cultivées et des élevages, accroissement de la biodiversité fonctionnelle naturelle, approche systémique de l’exploitation, etc...

Les projets proposés devaient permettre d’améliorer ou de consolider les pratiques agricoles ainsi que la compétitivité des exploitations agricoles tout en utilisant et préservant les écosystèmes sur lesquels s’appuie l’activité agricole. Les innovations pouvaient être d’ordre technique (pratiques agro-écologiques), économique (valorisation commerciale des produits, production d’énergie renouvelable...) ou social (amélioration des conditions de travail, création d’emplois, organisation collective à l’échelle d’un territoire, lutte contre l’isolement,...) et devaient concourir à une amélioration de la triple performance.

Dans le cadre de ces GIEE, les agriculteurs doivent rechercher et s’appuyer au maximum sur des partenariats avec des filières (coopératives, distributeurs,..), des territoires (parcs naturels, collectivités locales…), des instituts de recherche, des lycées agricoles ou des membres de la société civile (associations environnementales, associations de consommateurs,…) afin de garantir la pérennisation, la reconnaissance et la valorisation des évolutions apportées à la conduite de leurs exploitations.