Communiqué de presse

L'État se mobilise pour la sécurité du Tour de France

 

A l'occasion du 99ème Tour de France, comme depuis de nombreuses années le Ministère de l'Intérieur se mobilise autour de cet événement sportif suivi au bord des routes en France et à l'étranger, par plus de 15 millions de spectateurs.

Au niveau national, ce sont plus de 20 000 policiers et gendarmes qui participent au service d’ordre permettant d’assurer la sécurité des spectateurs présents tout au long du parcours et plus de 6000 sapeurs-pompiers, hommes et femmes, déployés sur les nombreux points stratégiques du parcours.

Dans le Territoire de Belfort, à l'occasion de l'étape Belfort-Porrentruy du 8 juillet 2012, l'Etat va mobiliser 200 personnes pour assurer la sécurité et le bon déroulement de l'événement :

  • 70 fonctionnaires de la Direction Départementale de la Sécurité Publique,
  • 50 militaires du groupement de gendarmerie
  •  ainsi qu'une unité et demi force mobile (CRSCompagnies républicaines de sécurité).

Les forces de l'ordre seront chargées d'assurer la sécurité du parcours, des spectateurs et des coureurs en complément de l'escadron motocycliste de la garde républicaine qui encadre la course de façon permanente.

Le centre opérationnel et de renseignement de la gendarmerie sera activé tout au long de l 'épreuve pour recenser les informations émanant du dispositif mis en place et être en contact permanent avec le groupement du Doubs et la garde républicaine encadrant la course.

Le centre opérationnel départemental localisé en préfecture sera également activé dès 9h 00 le 8 juillet 2012 pour faire face à tout événement particulier pouvant concerner la sécurité.

De plus, dans le cadre de la coopération Franco-Suisse une valise radio DESC est mise en place au CCDP (Centre de coopération policière et douanière) de Genève.

Les forces de l'ordre françaises et suisses resteront ainsi en contact permanent via l'activation de cette valise de radio transmission, qui permet aux policiers et gardes frontières suisses de communiquer avec les gendarmes français et bientôt avec la police française sur toute la frontière francophone.
Publié le 6/07/2012.