Actualités diverses

Sécurité routière 2013 dans le Territoire de Belfort

 
Sécurité routière 2013 dans le Territoire de Belfort : un bilan à la baisse et qui s’inscrit dans la moyenne observée les années précédentes.

 

Le bilan de l'année 2013 dans le Territoire de Belfort

 Si le nombre de tués sur les routes reste depuis plusieurs années inférieur à 10, la gravité des accidents ne doit pas pour autant inciter à réduire les efforts dans la lutte contre l’insécurité routière.

(Les statistiques présentées dans les tableaux ci-dessous sont en cours de consolidation.)

 Au niveau national, l’année 2013 enregistre le plus faible nombre de personnes tuées sur les routes de France depuis 1948. Dans le Territoire de Belfort la tendance est à la baisse depuis 2008 avec quelques nuances mais reste comprise entre 5 et 8 tués.

Le nombre d’accidents corporels de la route, mortels ou pas, et le nombre de blessés non hospitalisés sont stables. Par contre, le nombre de tués et de blessés hospitalisés augmente après deux années consécutives de baisse en 2011 et 2012.

Sur les 8 accidents mortels de la route constatés dans le Territoire de Belfort en 2013, cinq ont concerné des usagers vulnérables :

4 piétons et un motard.

Le facteur alcool et/ou stupéfiant est présent dans 75 % de ces accidents.

 Répression des excès de vitesse

La présence de l’autoroute A36 et la forte densité de circulation constatée sur cet axe conditionnent les observations statistiques faites en matière de sécurité routière. 67 170 infractions ont été relevées dans le cadre des contrôles sanction automatisés. Plus des deux tiers des infractions à la vitesse sont constatées sur l’A36. Près d’une infraction sur 2 à la vitesse légale autorisée est commise par un véhicule immatriculé à l’étranger.

Plus généralement, les radars fixes sont installés sur des portions de voirie où ont été constatés plusieurs accidents graves ou mortels et dans lesquels le facteur vitesse est en cause. Cette politique d’implantation a permis de réduire le niveau des vitesses observées et de stabiliser à la baisse le nombre de décès sur les routes du département. Toutefois des progrès sont encore à faire dans les traversées d’agglomération comme le révèlent les mesures effectuées par l’observatoire départemental de la sécurité routière*.

Répression de la conduite sous l’emprise de psychotropes

 En 2013, sur 31 253 dépistages d’alcoolémie et stupéfiants effectués, 728 se sont révélés positifs.

Les actions de prévention menées en 2013 

 40 actions de prévention ont été réalisées en 2013 dans le cadre du plan départemental d’actions de sécurité routière. Elles ont été financées à hauteur de 54 000 euros.

 Ces opérations portaient sur les cinq enjeux départementaux de sécurité routière (les jeunes, l’alcool et les stupéfiants, les deux-roues motorisés, la vitesse et les piétons).

  • 14 actions portaient sur l’enjeu « jeunes ». Parmi celles-ci, figurent une campagne de sensibilisation des enfants et des parents aux dangers sur le chemin de l’école menée à Valdoie et le regroupement pédagogique intercommunal de Rougemont-le-Château. 
  • 7 actions portaient sur l’enjeu alcool et stupéfiants. Parmi celles-ci, peut être citée la prévention des risques liés à une consommation excessive d’alcool organisée pendant le festival des Eurockéennes avec une opération de prise de clefs. 
  • 7 actions portaient sur l’enjeu deux-roues motorisées. Parmi celles-ci, figure une opération intitulée « motard d’un jour » dont l’objectif est de favoriser le dialogue entre les gestionnaires de voirie et les usagers en deux-roues motorisés. 
  • 2 actions portaient sur l’enjeu vitesse dont un village sécurité routière organisé sur trois jours à Sermamagny ayant pour thème principal la vitesse en agglomération. 
  • 2 actions portaient sur l’enjeu piéton dont une à l’attention des piétons seniors qui avait pour but de favoriser leur visibilité en milieu urbain. 
  • 8 actions concernaient plusieurs des enjeux locaux de sécurité routière. Ces actions avaient pour but de diffuser la culture sécurité routière que ce soit sous la forme d’une exposition photographique, d’un quiz sécurité routière ou bien encore d’un forum avec les élus locaux.

La dissuasion

Les forces de gendarmerie ont consacré 24 483 heures à la police de la route sur une activité totale de 223 784 heures, soit 10,94% de l'activité totale.

Les forces de police ont consacré 12 626 heures à la police de la route sur une activité totale de 227 495 heures soit 5,5% de l'activité totale.

*http://www.territoire-de-belfort.gouv.fr/Politiques-publiques/Securite-et-protection-de-la-population/Education-et-securite-routieres/La-securite-routiere-dans-le-Territoire-de-Belfort

> CP Bilan 2013 Sécurité routière - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,46 Mb