Actualités diverses

Plusieurs régions françaises touchées par une pollution aux particules due aux conditions météo

 
Une pollution aux particules touche depuis plusieurs jours certaines régions françaises.

Cet épisode de pollution tend à se généraliser sur le territoire et évolue actuellement vers un accroissement important des concentrations observées et prévues dans certaines régions. Il devrait perdurer encore plusieurs jours sous l'effet des conditions anticycloniques et des températures basses.

L’information et les prévisions sur la qualité de l'air sont disponibles en temps quasi-réel :

- pour la situation régionale : sur les sites Internet des 26 organismes agréés par le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie pour la surveillance de la qualité de l’air. Les adresses des sites sont disponibles sur www.atmo-france.org/

- pour la vision nationale : sur le site www.prevair.org/ qui propose des cartes de prévisions à l'échelle nationale et européenne et informe de la nature des épisodes de pollution de l’air.

Dans les zones concernées par les dépassements, il est demandé notamment :

- de ne pas utiliser les cheminées à bois (sauf en cas de chauffage principal), particulièrement les foyers ouverts ;

- de limiter l’usage des véhicules automobiles, notamment les véhicules diesel non équipés de filtres à particules ;

- de réduire les vitesses sur les voies rapides et autoroutes;

- de respecter l’interdiction de brûlage de déchets verts.

Des recommandations plus détaillées, notamment sanitaires, adaptées au niveau de pollution local, sont diffusées dans chaque zone par l'association agréée de surveillance de la qualité de l'air, au nom du Préfet.

La mauvaise qualité de l’air due aux particules peut favoriser l'émergence de symptômes non spécifiques à court terme - tels que des manifestations allergiques ou de l'asthme, et contribuer à des effets à long terme notamment sur les personnes sensibles (déficients respiratoires et cardio-vasculaires, enfants en bas âge, personnes âgées).

Les mesures d’urgence mises en œuvre en cas de pic de pollution viennent renforcer des actions de fond portées par le Plan particules national et les plans de protection de l’atmosphère (PPA) qui sont élaborés par les préfets, dans toutes les agglomérations de plus de 250 000 habitants et dans les zones où les valeurs limites sont dépassées ou risquent de l’être.

Nouvelles recommandations sanitaires

L’épisode actuel de pollution de l’air, dans certaines régions, par les particules est lié à la fois à certaines émissions dans l’air (trafic routier, chauffage …) et aux conditions météorologiques (conditions anticycloniques et températures basses) qui ne favorisent pas les dispersions des polluants. Ainsi les concentrations atmosphériques en particules dépassent les seuils d’information et d’alerte 1dans un grand nombre de zones métropolitaines 2.

Ces épisodes de pollution peuvent entraîner l’apparition ou l’aggravation de divers symptômes (allergies, asthme, irritation des voies respiratoires, effets cardiopulmonaires …) notamment chez les personnes les plus vulnérables telles que les nourrissons et jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées, les personnes asthmatiques ou souffrant de pathologies cardiovasculaires ou respiratoires.

Aussi, le ministère chargé de la Santé souhaite rappeler les principales recommandations à suivre durant ces épisodes de pollution (émises par le Haut Conseil de la Santé publique le 11 décembre 2013.

Recommandations 3 à l’attention des populations vulnérables et sensibles 4 :

-Évitez les activités physiques et sportives intenses, en plein air ou à l’intérieur,.

-En cas de gêne respiratoire ou cardiaque inhabituelle, consultez votre médecin ou pharmacien.

-Prenez conseil auprès de votre médecin pour savoir si votre traitement doit être adapté.

> Communiqué de presse - Pollution aux particules - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,39 Mb

1 Seuils d’information et d’alerte respectivement égaux à 50 µg/m3 et 80 *g/m3 en moyenne journalière.
2 D’après les associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA).
3 En cas de dépassement du seuil d’alerte.
4 Personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics ; par exemple ; personnes diabétiques, immunodéprimées, souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux.