Actualités diverses

Du 16 au 22 septembre, c’est la semaine européenne de la mobilité !

 
Du 16 au 22 septembre, c’est la semaine européenne de la mobilité !

Créée en 2002 à l’initiative de la Commission européenne, la « Semaine européenne de la mobilité » a lieu tous les ans.

Elle vise à résoudre de manière durable les problèmes de mobilité et de transports urbains et à améliorer la santé et la qualité de vie des Européens. Il s’agit notamment d’encourager de nouveaux modes de déplacements au quotidien en privilégiant des transports plus écologiques et économiques.

Les déplacements, source importante de CO2
Les transports sont à l’origine d’impacts directs environnementaux très significatifs :
> 81,9 millions de trajets sont réalisés chaque jour en voiture, chaque voiture comportant en moyenne 1,4 passager ; le trajet est en moyenne inférieur à 6 kms.
> En France, le secteur le plus émetteur de CO2 est le transport (28% en 2013).

Le dioxyde de carbone, aussi appelé gaz carbonique ou anhydride carbonique.
> Le dioxyde de carbone, CO2, est l'un des principaux gaz à effet de serre ;
> Il n'a jamais été aussi important dans l'air depuis plus de 2,5 millions d’années ;
> Il possède une durée de vie dans l'atmosphère d'environ 100 ans ;
> L’excès de CO2 est dû, pour partie, aux activités humaines.

L'excès de CO2 dans notre atmosphère modifie le climat de la planète.
C’est la principale cause des changements climatiques :
> Il accentue la capacité de l'atmosphère à conserver la chaleur du soleil par effet de serre et contribue à l’élévation de la température terrestre.
> Il modifie l’évolution des précipitations, la longueur des saisons, la force et la fréquence d’événements météorologiques extrêmes comme la sécheresse ou les inondations, baisse de l’enneigement…

Les effets du CO2 sur la santé !
Les faibles concentrations de CO2 dans l’air ne sont pas nocives. Des concentrations plus élevées influent sur la fonction respiratoire et causent une dépression du système nerveux central. Une concentration élevée peut déplacer l'oxygène contenu dans l'air. Une faible teneur en oxygène entraîne divers symptômes tels qu'une respiration rapide, une fréquence cardiaque élevée, des maladresses, des sautes d'humeur et de la fatigue. Au fur et à mesure que la teneur en oxygène diminue, des nausées et des vomissements, une perte de conscience, des convulsions, un coma et la mort peuvent se produire. Le manque d'oxygène peut aussi provoquer des dommages irréversibles aux organes vitaux (le cerveau, cœur…).

La mobilité durable, une solution
Les transports doux caractérisent tous les modes de transports sans moteurs, qui ne génèrent pas de pollution ou de gaz à effet de serre : la marche à pied, le vélo, le tricycle, le vélomobile, le roller, la patinette, la trottinette, la planche à roulette... Ils présentent de nombreux avantages.

Réduire la pollution de l'air et lutter contre le réchauffement climatique
Un trajet Beauvau – Lognes représente en voiture un taux d’émission de CO2 de 3 693g/eqCO2 pour un taux d’émission de 133 g pour le même trajet effectué en métro et RER.

Le vélo, un moyen plus sûr que la voiture !
En France, le nombre de tués en voiture s’élève en moyenne à près de 4.000 par an pour moins de 200 en vélo.

Les effets immédiats sur la santé
> 30%, c’est la baisse de la mortalité en pratiquant une activité physique modérée quotidienne pendant 30 minutes.
> 64%, c’est la baisse de la mortalité chez les adultes initialement inactifs qui améliorent leur capacité cardio-respiratoire grâce à une activité physique.

A vous de jouer, bougez autrement !
La mission développement durable, en collaboration avec d’autres acteurs du ministère –DRH, DSCR, PP… - propose des actions de sensibilisation sur les sites de Beauvau, Lumière et Garance du lundi 19 au jeudi 22 septembre : Venez essayer la solution Vélib’ et le vélo électrique, marquez vos vélos, testez votre conduite…

La mobilité en questions !
Savez-vous ce que signifie le terme « mobilité durable » ? On pourrait croire qu’il s’agit de rester longtemps en mouvement, mais non ! Le principe est de privilégier des moyens de transport respectueux de l’environnement : vélo et train, notamment, afin de limiter l’émission de gaz à effet de serre.